24.1 C
Lomé
samedi, août 13, 2022

Présidentielle au Nigeria: les candidats de la primaire du parti au pouvoir

Le parti au pouvoir au Nigeria désigne mardi son candidat pour la présidentielle de 2023, le président Muhammadu Buhari se retirant au terme de son second mandat comme prévu par la constitution du pays le plus peuplé d’Afrique.

Le Congrès des progressistes (APC) organise sa primaire à Abuja, la capitale, tandis que le principal parti d’opposition, le Parti démocratique populaire (PDP), a déjà choisi son candidat la semaine dernière.

Pour l’APC, 23 personnalités sont en lice, mais voici les principaux candidats:

Yemi Osinbajo

Vice-président depuis l’arrivée au pouvoir de Muhammadu Buhari en 2015, M. Osinbajo est professeur d’université et avocat. Chrétien de 65 ans, originaire du sud-ouest, il promet de poursuivre la politique de M. Buhari en cas de victoire.

Bola Ahmed Tinubu

Ce richissime musulman de 70 ans, ardent défenseur de la démocratie en exil pendant la dictature militaire des années 1990, a gravi tous les échelons politiques au gré d’accusations de corruption, sans jamais être condamné.

Ancien sénateur puis gouverneur de Lagos, poumon économique Nigeria, le chef historique du parti au pouvoir convoite désormais la plus haute marche: devenir président, « l’ambition de toute une vie », selon lui.

Rotimi Amaechi

Encore ministre des Transports au début du mois, M. Amaechi a dû démissionner pour se présenter. Ce chrétien âgé de 57 ans est l’ancien gouverneur de l’Etat de Rivers, dans le sud-est riche en pétrole. Il bénéficie d’un important réseau au Nigeria et notamment dans cette région.

Ahmad Lawan

Actuel président du Sénat âgé de 63 ans, il est le principal candidat de cette primaire à être originaire du nord du Nigeria, comme l’est le président Buhari.

Son entrée dans la course présidentielle bouscule la tradition du « zonage », un accord tacite au Nigeria selon lequel la présidence doit alterner entre un candidat du nord, majoritairement musulman, et du sud, majoritairement chrétien.

Le principal parti d’opposition, le PDP, en désignant la semaine dernière pour candidat Atiku Abubakar, un musulman du nord, n’a pas respecté ce principe.

Parmi les 19 autres candidats à cette primaire, les gouverneurs des Etats d’Ekiti (sud-ouest) et d’Ebonyi (sud-est), Kayode Fayemi et David Umahi, deux outsiders chrétiens, pourraient créer la surprise.