Après l’Albanie, le Kosovo bannit les jeux d’argent

Publié le

Le parlement du Kosovo a adopté, tard jeudi soir, une loi qui bannit les jeux d’argent pour une période de dix ans, suivant ainsi l’exemple de l’Albanie où les paris sont interdits depuis le 1er janvier 2019.

Le gouvernement du Premier ministre Ramush Haradinaj a proposé cette loi suite à deux incidents survenus la semaine dernière, ayant causé la mort de deux employés de bureaux de paris dans le sud et le centre du Kosovo.

« Nous ne permettrons pas que ces lieux soient le théâtre des crimes qui coûtent la vie à des gens », avait déclaré le Premier ministre annonçant que son gouvernement allait rapidement proposer une loi à ce sujet.

Cette loi va contribuer « à renforcer la sécurité publique », a déclaré M. Haradinaj après l’adoption du texte par les députés kosovars.

Les jeux d’argent sont devenus un problème de taille dans ce pays pauvre comptant 1,8 millions d’habitants où le chômage touche un tiers de la population active et la moitié des moins de 24 ans, selon les chiffres officiels.

Au lendemain des deux assassinats, la police avait entrepris de fermer la plupart des 476 bureaux de paris, essentiellement sportifs, dans le cadre d’une nouvelle politique visant à interdire pour une période de dix ans les jeux d’argent, source de criminalité. Par ailleurs, environ 200 machines à sous ont été saisies.

Selon les douanes kosovares, près de 1.500 machines à sous ont été importées dans le pays en 2018, une augmentation de 27% par rapport à l’année précédente.

Les revenus provenant des jeux d’argent rapportaient quelque 20 millions d’euros au budget du Kosovo.

L’Albanie voisine a interdit les jeux d’argent en janvier, en fermant quelque 4.300 bureaux de paris. Seuls les casinos situés dans les hôtels cinq étoiles dans les sites touristiques peuvent désormais y obtenir une licence.

Articles similaires